• Jacques BIGORRE - Agence Prométhée

François Boltana

Mis à jour : 16 oct. 2020

L'homme de la lettre


Le duo Boltana et Reilles a marqué mon apprentissage de la chose publicitaire. Installé modestement dans une petite maisonnette de la banlieue toulousaine, le duo prodiguait leurs conseils à de prestigieux clients.


Le Cnes, la Banque Courtois et surtout Les Laboratoires Pierre Fabre en étaient les principaux bénéficiaires.


Jean Louis Reilles François Boltana


Alors petit chef de produit fraîchement nommé, je rendais visite régulièrement et avec bonheur à ces deux bienveillants conseillers. Issus, l’un et l’autre des beaux-arts arts locaux, ils avaient choisis l’indépendance au contraire de leur ami et congénère Gérard Serra.

Ce dernier avait préféré la filière salariale de la direction de l’agence interne des Laboratoires Pierre Fabre à la libre entreprise. Ainsi il devenait un inconditionnel prescripteur du duo et moi un adepte ravi de sa prescription. Comme les trois mousquetaires nous étions quatre.

Nous avions en commun un passage plus ou moins significatif à cette ancienne formidable école des arts qui alors était qualifiée de beaux.


Pour ma part, mon passage en l’école de Paris fut écourté par l’exigence paternelle d’un transfert, en milieu d’année, des Beaux Arts de la rue Bonaparte vers la faculté de Pharmacie du jardin du Luxembourg. Depuis, diplôme des pharmacien en poche je reste proche de la chose artistique.


Revenons à la fin du siècle dernier dans ce petit estaminet de Boltana et Reilles. François Boltana s’affaire devant l’un des premiers Mac qui ressemble à un gros Minitel et Jean Louis Reilles se concentre sur sa boîte métallique de crayons de couleur. Autant dire qu’ils sont dans une opposition fortement complémentaire. Leur formation approfondie de la calligraphie au Scriptorium de Toulouse de leur professeur André Vernette fait que François donne naissance à la première police de caractères ligaturée au monde. Il la baptise Le Champion du nom d’un moine calligraphe du moyen âge. Il obtient de nombreuses récompenses et distinctions en France et à l’international. En parallèle Jean Louis dessine et illustre diverses pistes créatives de packagings ou encore de PLV.


François poursuit son chemin dans l’art calligraphique pour bientôt me rejoindre dans mon échappatoire publicitaire et en 1997 nous créons ensemble une agence de communication sur le golf des étangs de Fiac.

François persiste dans ses travaux de nouvelles polices de caractères. Il en enfantera huit et avec la dernière baptisée Le Rabelais, il gagnera le concours du meilleur ouvrier de France. Jacques Chirac lui remettra cette convoitée distinction et l’on poursuivra côte à côte notre idylle créative.

Il dessinera bien des logos typographiques comme Dom Brial des vignerons de Baixas ou encore En Ségur, le vignoble de Pierre Fabre.


Et voilà qu’un chaud matin du mois d’août 1999, dans son petit cottage du golf de Fiac, il a la très mauvaise idée de ne pas se réveiller.


Aujourd’hui, 20 ans plus tard, il continue à nous accompagner, puisque le logotype de Prométhée est de son écriture.


Merci François.


JB

16 vues0 commentaire